Bleu du ciel 1940

Bleu du ciel 1940

Kandinsky dernier exil, les années parisiennes

Grâce au Centre d'Art Contemporain de Pont en Royans, nous avons pu visiter cette magnifique exposition au Musée de Grenoble agrémentée des explications d'un guide.

  • Le Musée de Grenoble présente les œuvres majeures de ces années parisiennes.

Ayant abandonné les premières œuvres issues du naturalisme de sa jeunesse, imprégnées des couleurs et images du folklore russe, il s’est peu à peu tourné vers des formes plus géométriques et abstraites, une vision spirituelle et intérieure de la réalité extérieure. Très curieux de toutes les découvertes de son siècle, il s’intéresse aux avancées de la science dont la découverte des électrons, plus petits que l’atome et le font réfléchir sur le macrocosme et le microcosme. Relativement isolé, il n’a pas la reconnaissance que possèdent à cette époque les peintres impressionnistes, les cubistes ou les constructivistes comme Mondrian. Toutefois, il est admiré par André Breton et le mouvement des surréalistes et côtoie Hans Arp et Miro.

Il devient de moins en moins cartésien et abandonne les formes très géométriques et rigides pour des formes plus organiques, végétales ou animales, qui semblent flotter dans un espace cosmique et dont certaines font penser à des cellules microscopiques, des cellules du vivant. Il s’intéresse en effet aux nouvelles découvertes de la biologie, la botanique, l’embryologie. Ses compositions deviennent « biomorphiques » avec des couleurs très douces.

Ses œuvres parisiennes formeront la « grande synthèse », où il reprend les formes antérieures en les enrichissant. Il crée des tableaux peuplés de hiéroglyphes qui font penser à un alphabet. C’est une sorte de langage de l’inconscient, synthèse entre la tête et le cœur. Grâce aux esquisses à l’encre de chine présentées dans cette exposition, on comprend que ses tableaux sont très mûris, réfléchis et ressentis. Ils ont leur langage propre et semblent utiliser un code, un alphabet de couleurs et de formes qui demandent une certaine concentration pour être pénétrés. Pour le peintre, ses œuvres sont issues d’une « nécessité intérieure » qu’il ressent profondément et doivent s’adresser directement à l’âme du spectateur, à sa part spirituelle, et la guider vers des dimensions supérieures. Inspirés par sa vision intérieure et spirituelle, ses tableaux ont leur vie propre qui dépend alors du regard du spectateur.

L’exposition du Musée de Grenoble souligne les liens de Kandinsky avec son époque : les divers artistes et mouvements qu’il côtoie, les rares galeries comme celle de Jeanne Bucher, qui s’intéressent à lui, ou ses conditions de travail pendant la guerre. Du fait de la pénurie, il doit peindre sur des cartons et contre-plaqués récupérés.

Il est certain que Kandinsky est plus apprécié aujourd'hui que dans ses années parisiennes, il paraissait peut-être trop obscur à ses contemporains. Il est pourtant maintenant reconnu comme l'un des fondateurs de la peinture moderne et contemporaine.

La plupart des œuvres exposées appartiennent au fonds du Musée national d’art moderne- Centre Pompidou, quelques-unes sont issues de collections privées.

 

Francoise Daudeville, 19 décembre 2016

BIOGRAPHIE

Né à Moscou en 1866, dans une famille aisée Vassili Kandinsky se destinait à être juriste. En 1896, après avoir découvert la peinture de Monet exposée à Moscou l’année précédente, il abandonne ses études de Droit pour s’inscrire aux Beaux-Arts de Munich. Il voyage en Europe et découvre les peintres modernes du début du siècle, Picasso, Cézanne, Matisse. Il peint alors des Compositions, des Improvisations avec des images inspirées parfois de la musique qu’il ressent d’une façon particulière puisqu’il est synesthète (synesthésie : particularité qui permet d’entendre les couleurs ou de ressentir les odeurs ou les formes des notes, qui crée des correspondances entre les divers modes d’expression artistiques). Il se tourne très tôt vers l’abstraction qu’il préférerait nommer « art concret ».

 

Avec Franz Marc et les expressionnistes allemands, il fonde le Cavalier Bleu (d’après son tableau Der Blaue Reiter, de 1903). Il écrit ses idées sur l’abstraction et la couleur avec Du spirituel dans l’art dès 1911. Il sera professeur à Moscou, puis au Bauhaus en Allemagne. La guerre de 1914-18 marquera un arrêt dans sa création. Puis, il occupera des fonctions officielles après la révolution russe, mais ses idées sont critiquées et il repart en Allemagne pour enseigner au Bauhaus (école d’art d’avant-garde où Paul Klee, et Johannes Itten sont également enseignants). Après plusieurs attaques du gouvernement nazi, le Bauhaus est fermé et dissous en 1933. Kandinsky et sa femme Nina, se réfugient alors en France et s’installent à Neuilly-sur Seine où le peintre décédera en 1944.

Francoise Daudeville

Der blaue Reiter 1903

Der blaue Reiter 1903

Entassement, 1938 ; Accord réciproque 1942 ; Groupement 1937; Composition IX et Composition X, 1939
Entassement, 1938 ; Accord réciproque 1942 ; Groupement 1937; Composition IX et Composition X, 1939Entassement, 1938 ; Accord réciproque 1942 ; Groupement 1937; Composition IX et Composition X, 1939
Entassement, 1938 ; Accord réciproque 1942 ; Groupement 1937; Composition IX et Composition X, 1939Entassement, 1938 ; Accord réciproque 1942 ; Groupement 1937; Composition IX et Composition X, 1939

Entassement, 1938 ; Accord réciproque 1942 ; Groupement 1937; Composition IX et Composition X, 1939

Retour à l'accueil