Caroline Brandon, Le sourire du Sphinx, éditions Brandon
On sait peu de choses sur cet auteur... Mais le personnage principal de ce récit parodique nous raconte avec humour et dans un langage soutenu et classique qui ajoute au comique, son expédition en Grèce avec une équipe de cinéma qu’il est chargé de conduire jusqu’au sphinx de l’île de Naxos[1]. Mais rien ne se passe comme prévu, les mésaventures de notre guide tournent à l’épopée héroï-comique.
L’équipe du film porte des noms évocateurs : Realisator, Sonor et Operator, qui deviennent des personnages de récit burlesque. Notre guide-interprète tente de rester calme et de faire de son mieux pour permettre au trio d’arriver à bon port, quitte à se priver de dîner, les jours où il avait fallu dispenser un grand nombre de pourboires aux autochtones et où sa carte bancaire ne fonctionnait pas dans le seul distributeur possible. Malgré ses efforts, l’expédition sera un fiasco ...
Françoise Daudeville
Retour à l'accueil